Accueil / Yoga / La méditation, un allié incontournable pour nos enfants

La méditation, un allié incontournable pour nos enfants

S’asseoir, fermer les yeux et porter son attention sur les sensations et les bruits qui nous entourent. Faire méditer un enfant peut être simple et cela fait toute la différence.

 

La méditation, un allié incontournable pour nos enfants

La méditation pour enfants, ça existe ? Eh oui ! Comme les grands, les enfants ont eux aussi leur lot de pression et de stress quotidien.

Cours, devoirs, mais aussi jeux vidéo, internet, télévision… ils sont autant sollicités sur le plan physique, psychique et psychologique que les adultes. Et pour composer avec tout ça, comme nous, ils ont aussi besoin de décompresser à la fin de la journée.

Comment ? Avec quoi ? La méditation s’avère être un très bon allié pour ces tout-petits. Quizz sur les bienfaits de la méditation pour enfants…

Les bienfaits de la médiation enfants

Vous seriez étonnés de découvrir les bienfaits de la méditation chez les enfants. Selon les experts, une courte séance par jour peut avoir des effets bénéfiques sur sa vie en général : ses émotions, son estime de soi, son sommeil, son comportement et même sa scolarité !

Sur ses émotions

Gérer ses émotions ? Ce n’est pas évident pour un enfant. Même nous, adultes, on y arrive difficilement. Alors chez un petit de 5, 6 ou 7 ans…

Et c’est la source de la majorité des problèmes que l’on rencontre avec ces chérubins. L’ensemble de leurs émotions « négatives » est exprimé d’une seule manière : les cris, les pleurs et parfois même la violence. Et c’est souvent à nous, parents, de deviner s’ils ont mal quelque part, s’ils sont anxieux, en colère ou contrariés.

Quel rôle la méditation a-t-elle dans tout cela ? La méditation va permettre à l’enfant de mieux gérer ses émotions. Attention, elle ne va pas les faire disparaître. Elle va plutôt l’aider à les reconnaître et à les accepter. Et ce, afin de lui permettre de mieux en contrôler l’intensité, et donc, de réagir de manière adaptée à la situation.

« Cette méthode de relaxation va ainsi leur permettre de mieux comprendre comment fonctionnent leur esprit et leur corps et par conséquent, d’être davantage à l’écoute de leurs émotions, de leurs pensées et de leurs sensations corporelles », explique Maryline Jury, animatrice d’ateliers de méditation pour enfants.

Sur son comportement

Attention, contrairement aux idées reçues, la méditation ne détend pas. En revanche, elle a des vertus apaisantes reconnues. Les experts dans le domaine sont unanimes : la méditation est la solution idéale pour l’enfant turbulent et celui qui souffre de TDAH (Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité).

Catherine Malboeuf-Hurtubise, psychologue et professeure en développement de l’enfant et de l’adolescent au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec, a réalisé une étude sur le sujet. Et selon elle, la méditation pouvait rendre un enfant moins agressif et plus calme.

Une conclusion soutenue par David Bewulf. Ce médecin et auteur recommande en effet la méditation aux enfants à « haut potentiel et à haute sensibilité ». Car cette pratique aurait pour effet de les calmer, tout en développant leur faculté cognitive.

Résultat : les conflits sont mieux gérés, les difficultés scolaires diminuent, la relation avec les autres est préservée.

Sur son sommeil

Votre enfant dort mal ? Vous avez du mal à l’endormir ? Il ne tombe dans les bras de Morphée que lorsqu’il est trop épuisé ?

C’est normal. Les enfants sont très faciles à stimuler : stressé par sa journée, nerveux ou impatient pour ce qui va se passer le lendemain… un petit détail peut l’agiter et l’empêcher de fermer l’œil.

La bonne nouvelle, c’est que la méditation peut aussi régler ce problème. De nombreuses études ont démontré qu’un petit exercice de méditation le soir favoriserait un sommeil facile et de qualité.  Il permettrait à l’enfant de se calmer et de canaliser son énergie. Il peut alors dormir plus facilement, mais aussi profondément.

Sur sa scolarité

De plus en plus d’établissements scolaires ont aujourd’hui recours à la méditation de pleine conscience. Des écoles aux Pays-Bas, au Québec et à Marseille l’utilisent en effet en raison de ses nombreux bienfaits :

  • Calme rapidement les enfants, même après des activités agitées
  • Favorise la concentration et l’attention
  • Diminue la peur, l’anxiété et le stress
  • Améliore le comportement
  • Favorise une meilleure gestion des conflits
  • Améliore les capacités cognitives

« Amélioration des capacités d’attention, diminution du stress, développement de la confiance en soi sont les bénéfices les plus souvent mis en avant. » affirme Anne-Laure Bihan-Poudec, professeure des écoles et formée à la psychologie du développement de l’enfant et de l’adolescent et au programme MBSR.

Ainsi, au Canada, l’apprentissage commence toujours par un exercice de pleine conscience. À Vancouver par exemple, on applique le programme « MindUp » depuis plus de dix ans. Selon F. Renault, il s’agirait d’une forme de méditation pleine conscience à laquelle on a ajouté « des leçons d’empathie, de contrôle des émotions ou encore d’optimisme ».

Aux Pays-Bas, les enseignants et les professionnels de l’enfance ont reçu une formation spécifique, la fameuse Méthode d’Eline Snel, pour pouvoir pratiquer la méditation en milieu scolaire. Depuis 2015, cette même méthode fait l’objet de nombreuses études en France.

La méditation entre de plus en plus à l’école, pour ses bienfaits sur l’apprentissage et le relationnel.

Méditation enfants : comment ça se passe ?

La méditation pour enfants ne diffère pas beaucoup de celle des adultes. Le principe reste le même et la pratique également.

On a tendance à penser que les enfants ont une capacité de concentration moins élevée par rapport aux grands. Mais c’est faux. La preuve ? L’enfant est tout à fait capable de se focaliser sur une chose – pour peu que ça l’intéresse – pendant plusieurs minutes, voire une heure. Et lorsqu’il fait ça, il entre déjà dans une sorte d’état méditatif.

À partir de quel âge faire pratiquer la méditation aux enfants ?

David Dewulf, dirigeant de l’Institut pour l’Attention et la Mindfulness en Belgique, recommande la pratique de la méditation dès l’âge de 4 ans. Selon lui, l’introspection se développerait entre 3 et 5 ans. Le moment idéal pour commencer à méditer est donc compris entre cette fourchette.

Maryline Jury, monitrice de pleine conscience diplômée et animatrice d’ateliers de méditation pour enfants agréée par l’État, estime qu’il est préférable de commencer à 5 ans. « À partir de 5 ans, l’enfant est plus capable de décrire ses ressentis, ses émotions et a une plus grande conscience de son corps », explique-t-elle. À noter qu’elle anime aujourd’hui des séances pour enfant et adolescent de 5 à 19 ans.

Où et quand l’enfant peut pratiquer la méditation ?

Idéalement, pour bien commencer, les premières séances doivent avoir lieu en groupe avec un instructeur. Cela va permettre à l’enfant, mais aussi au parent, de connaître et de maîtriser les techniques de base. Ainsi, ils pourront pratiquer seuls chez eux après.

Selon les spécialistes, il est impératif en effet de méditer régulièrement, voire quotidiennement. Dans la mesure où il ne va pas être évident d’aller dans un institut à chaque fois, l’idéal serait donc de pratiquer la méditation à la maison. Ainsi, l’enfant peut le faire seul, mais quelquefois aussi, avec sa famille. D’ailleurs, selon les experts, méditer en groupe, en famille en particulier, serait très thérapeutique.

Il est également possible de pratiquer à l’école si l’établissement scolaire y intègre des exercices de méditation.

Combien de temps dure un exercice de méditation pour enfants ?

Selon David Dewulf, la durée de l’exercice va dépendre de l’âge de l’enfant. Ainsi, plus votre enfant est jeune, plus la séance sera courte. La durée de la méditation doit aussi être évolutive. Autrement dit, au début, elle devra être la plus courte possible. Puis au fil du temps et des exercices, on pourra la rallonger.

Pour les plus jeunes, l’exercice peut durer quelques minutes, voire une minute carrément. Quand il aura l’habitude et quand il en manifestera l’envie, la séance peut aller jusqu’à 10 minutes.

Pour les plus grands, les adolescents notamment, l’exercice peut durer plus d’une heure, voire une heure trente minutes. Selon les spécialistes, les effets de la méditation sur l’enfant ne seront visibles qu’à partir de la huitième séance environ.

Quel genre d’exercices compose une séance de méditation ?

Toujours selon l’expert belge David Dewulf, une séance de méditation pour enfants doit idéalement comprendre :

  • Des exercices de découverte du monde extérieur par les sens: l’enfant est alors amené à manger et à écouter.
  • Des exercices de rencontre avec l’instant présent: l’enfant est alors amené à faire des mouvements, des séries de respiration, de concentration sur son corps, ou tout autre support le ramenant ici et maintenant.
  • Des exercices d’expérimentation de l’instant présent: l’enfant est alors amené à participer à des cercles de conversation.
  • Des exercices de développement de l’amour bienveillant: l’enfant est alors amené à faire des activités avec ses parents ou à se projetter vers l’autre.

Quelques conseils pour bien débuter…

Il est important, avant de commencer la méditation, d’obtenir le consentement de l’enfant. S’il ne veut pas le faire, il ne sert à rien de l’y forcer. Car l’exercice ne donnera pas le résultat escompté.

Après, pour qu’il ne s’ennuie pas et finisse par se lasser, initiez-le avec des exercices simples que vous pourrez faire ensemble.

Quelques exercices d’initiation à la méditation pour enfants

Pour les plus jeunes (à partir de 3 ans)

Vous pouvez l’aider à se concentrer en lui demandant de se concentrer sur un objet en particulier, et d’écouter le bruit qu’il fait. Il peut s’agir du bruit que fait le chat, ou du bruit que fait la montre, etc.

Vous pouvez l’aider à reconnaître ses émotions en les reliant au temps qu’il fait par exemple. Ainsi, s’il se sent bien, il pourra affirmer que le soleil brille dans son corps. S’il est fâché, il peut dire qu’il y a un orage à l’intérieur de lui. Et s’il est fâché, pourquoi pas des nuages ?

À partir de 5 ans

Vous pouvez lui proposer des exercices qui lui permettront de se concentrer sur sa respiration. Vous pouvez, pour cela, lui demander de s’allonger sur le dos. Posez, par la suite, un objet sur son abdomen. Et demandez-lui de regarder le mouvement que fait l’objet au rythme de sa respiration.

Vous pouvez aussi lui demander de vous décrire un objet en détail : sa forme, sa couleur, sa texture, son odeur. Sinon, vous pouvez lui demander de faire des mouvements avec son corps et de vous décrire ce qu’il ressent quand il bouge une main, un pied, ses épaules.

Pratiquer la méditation en famille peut vraiment changer l’ambiance de la maison.

Faites des exercices de méditation enfants parents

La méditation est généralement une activité personnelle, donc à faire seul. Mais quelquefois, il peut être bénéfique pour l’enfant de pratiquer avec ses parents.

D’un côté, cela lui permettra de pratiquer plus efficacement, car les parents vont jouer le rôle d’accompagnateur. C’est-à-dire qu’ils pourront l’aider à mieux exprimer ses émotions et ses ressentis.

D’un autre côté, les parents vont devenir ceux qui écoutent. Cela va forcément contribuer à renforcer le lien parent-enfant.

Pour approfondir le sujet de la méditation et voir ses rapports avec l’auto-hypnose, je vous invite à lire l’interview de Kévin Finel.

« Il s’agit d’aller se découvrir, ne pas se satisfaire de l’apparence, aller au fond des choses, d’être en quête tout simplement, mais sans chercher  à trouver quelque chose, de chercher la paix et pas la performance. »

A lire aussi : les bienfaits de la méditation pendant la grossesse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

image d'une séance collective de pilates

Comment débuter en Pilates ? Voici tout ce que vous devez savoir …

Comment débuter en Pilates ? Voici tout ce que vous devez savoir … Préserver ...