Accueil / Thérapies / Dépression: Le Yoga et la respiration profonde réduiraient fortement les symptômes

Dépression: Le Yoga et la respiration profonde réduiraient fortement les symptômes

Deux séances de Yoga et de respiration profonde par semaine réduiraient de façon significative les symptômes de la dépression.

Les résultats parus dans le Journal de médecine alternative et complémentaire, fournissent un soutien préliminaire pour l’utilisation d’interventions à base de yoga comme une alternative ou un complément aux traitements pharmacologiques contre la dépression.

Le trouble dépressif majeur (TDM) est courant, récidivant, chronique et invalidant. En raison, en partie, de sa prévalence, la dépression est globalement responsable de plus d’années perdues pour cause d’invalidité que toute autre maladie. Jusqu’à 40% des personnes sous traitement antidépresseurs pour TDM ne parviennent pas à une rémission complète. Cette étude a utilisé le yoga lyengar qui met l’accent sur le détail, la précision et l’alignement dans la performance de la posture et le contrôle de la respiration.

Les personnes atteintes de TDM ont été réparties au hasard dans le groupe deux groupes. Le premier groupe observe trois séances de 90 minutes par semaine avec la pratique à domicile, tandis que le second effectue deux séances de 90 minutes par semaine et la pratique à domicile.Les chercheurs ont constaté une forte baisse des symptômes dépressifs et aucune différence notable dans la conformité. Les chercheurs estiment que suivre des cours deux fois par semaine (plus la pratique à domicile) peut constituer un moyen certes contraignant mais efficace pour lutter contre la depression.

« Cette étude soutient l’utilisation d’une intervention de yoga et de respiration cohérente dans le trouble dépressif majeur chez les personnes qui ne prennent pas d’antidépresseur et chez celles qui ont pris une dose stable d’antidépresseurs et qui n’ont pas vu d’amélioration », explique l’auteur. Chris Streeter, MD, professeur agrégé de psychiatrie et de neurologie à l’École de médecine de l’Université de Boston et psychiatre au Boston Medical Center.

Selon Streeter, cette alternative a l’avantage d’éviter les effets secondaires souvent reprochés aux médicaments et les interactions médicamenteuses. « Alors que la plupart des traitements pharmacologiques de la dépression ciblent les systèmes monoamines, tels que la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine, cette intervention cible le système parasympathique et l’acide gamma aminobutyrique et offre une nouvelle voie de traitement. »

Source

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

Maîtriser les sept âges de l’appétit pour vieillir en restant en bonne santé

Maîtriser les sept âges de l’appétit pour vieillir en restant en bonne ...