Accueil / Sophrologie / Témoignage : Coralie Degradot, Sophrologue spécialisée dans les troubles alimentaires

Témoignage : Coralie Degradot, Sophrologue spécialisée dans les troubles alimentaires

Merci de vous présenter en 4 à 5 lignes

Je suis Coralie Degradot sophrologue spécialisée dans les troubles alimentaires. J’ai 36 ans et je vis actuellement dans le Gers. J’ai beaucoup bougé dans ma vie, me permettant de découvrir plusieurs pays et régions de France très différentes les unes des autres. Passionnée par l’Histoire et l’histoire de l’Art (mon premier métier), la culture Japonaise, la nature … je suis très curieuse 😉

Parlez-nous de votre activité actuelle de thérapeute alternatif

Je suis Sophrologue spécialisée dans les rapports douloureux à l’alimentation et formatrice. Les rapports douloureux à l’alimentation concernent les troubles alimentaires, les maladies amenant un rapport à l’alimentation difficile (diabète, allergies, maladie inflammatoire des intestins par ex) ainsi que l’alimentation émotionnelle. Aujourd’hui je n’accompagne que des personnes souffrant de rapports douloureux à l’alimentation.
Accompagnements, formations et supervision sont mes seules activités.

Comment s’est déroulée votre reconversion ?

Lorsque j’ai du mettre fin à mes études d’Histoire et Histoire de l’art, je me suis lancée dans le monde du travail sans que mes 4 années d’études n’aient vraiment de valeur. C’est un peu « par hasard » (s’il existe ;)) que je suis entrée dans les industries de santé. J’y suis restée 9 ans, dont 7 dans le diabète.
J’ai abordé de nombreux aspects qui m’ont permis de faire grandir mes compétences (marketing, ventes, formations, juridique, pharmacovigilance, matériovigilance, organisation d’évènements de formation pour les professionnels de santé etc…).
J’étais au contact des patients, des professionnels de santé, des associations de patients, des familles des personnes diabétiques.
Une belle expérience, qui m’a demandé de très nombreuses ressources physiques qu’intellectuelles. Trop nombreuses.
Après un premier burn out, j’ai décidé de changer de métier.
Que ce soit dans l’histoire ou dans les industries de santé, ce que j’ai toujours aimé c’est l’humain. Que ce soit avec mes collègues, les patients, les professionnels de santé, j’étais très à l’écoute.

Comment vous êtes-vous fait connaître en tant que thérapeute ?

Au début de mon activité, je souhaitais me spécialiser dans la périnatalité. Mais en dépit de mes efforts, ce champ d’application, n’était pas fait pour moi.
J’ai mis à profit ce que j’ai appris dans mes précédents postes et pris RDV avec les médecins de mon secteur de l’époque, le CMP, les services hospitaliers.
Le milieu professionnel duquel je venais m’a permis d’ouvrir des portes. Convaincre et être à la hauteur de la confiance qui m’a été portée n’a relevé que de moi.
Un jour, une endocrinologue avec qui j’avais eu un excellent rendez-vous, m’a adressé une jeune femme souffrant d’anorexie.
Et ça a été pour moi une révélation : mes 17 années d’anorexie sont une force incroyable pour accompagner les personnes qui souffrent de troubles alimentaires car je les comprends profondément.
J’ai adapté toute la méthode et développé un accompagnement Sophrologique adapté à ces problématiques.
En l’espace de quelques mois, j’étais identifiée comme accompagnante de qualité sur ces problématiques et tous mes patients m’étaient adressés par les professionnels de santé avec lesquels j’étais en contact.
J’ai ouvert un second cabinet en petite couronne parisienne (le premier était en grande couronne).

Mon activité bien posée, la vie m’a proposé un nouveau changement. Par amour pour un charmant toulousain qui aujourd’hui encore partage ma vie, j’ai tout quitté pour venir m’installer dans le Gers.

Il y a eu quelques mois de battement : l’Ile de France et le Gers n’ont rien à voir 😉 J’ai développé ma présence sur internet et développé mes premières formations pour les Sophrologues qui souhaitent se spécialiser dans l’accompagnement des personnes souffrant de troubles alimentaires.

Aujourd’hui je propose des formations de spécialisation en ligne pour les Sophrologues et de la Supervision.

J’accompagne des patients dans toute la francophonie à distance. Nouveau challenge car l’adaptation est encore différente.

Les points positifs du métier de thérapeute alternatif selon vous ?

La liberté d’être à son compte est pour moi le premier point positif. La liberté est extrêmement importante à mes yeux.

Pouvoir continuer à me former à de nombreuses autres disciplines pour venir nourrir ma pratique est le second.

Bien entendu, pouvoir être une personne ressource pour des personnes souffrant de troubles alimentaires est pour moi une joie.

Les difficultés principales que vous avez rencontrées ?

La difficulté principale : la pression. Il y a beaucoup de pression lors du lancement d’une activité libérale : celle du chiffre d’affaire, celle de l’environnement qui n’a pas forcément confiance en votre projet, celle qu’on peut se mettre soi-même…

Je ne sais pas si j’ai réglé la place de la pression 😉 en tous cas, ce qui m’a soulagée c’est la reconnaissance de la qualité de mon accompagnement par mes patients, mon réseaux de professionnels de santé… j’ai trouvé ma place et je continue à la faire grandir et rayonner.

Vos conseils pour les aspirants thérapeutes ?

 Nous sommes de plus en plus nombreux et il n’y a pas de concurrence : la personne que vous êtes fait la différence 😉 ayez confiance en vous et spécialisez-vous. Pas forcément comme je l’ai fait en recevant uniquement des personnes souffrant de telle ou telle problématique. Mais en ayant un champ d’application qui vous passionne, dans lequel vous prenez beaucoup de plaisir à accompagner vos patients. Qui vous permettra d’être identifié comme accompagnant de qualité.

Partagez avec nous vos projets, vos rêves en rapport avec votre activité ?

 Dans les prochains mois, je vais proposer des formations en présentiel un peu partout en France pour aller à la rencontre de mes confrères et consœurs ayant suivi mes formations.
Je vais développer de nouvelles formations en ligne, ouvrir plus de créneaux pour les supervisions.
Je débute également la rédaction de deux livres : un destiné aux professionnels de l’accompagnement, un second pour les personnes souffrant de troubles alimentaires.

Quelques mots sur Omyzen ?

J’aime le fait que vos articles soient variés, avec des intervenants de tous milieux. Votre communication est claire et légère.

 Un lien vers votre site ou compte facebook ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

Podcast- Utiliser la cohérence cardiaque comme outil thérapeutique : interview de Caroline Gormand, sophrologue

Retrouver l’interview de caroline Gormand, sophrologue qui utilise la cohérence cardiaque comme ...