Accueil / Coaching / Se former à la sophrologie : 2# Choisir sa formation

Se former à la sophrologie : 2# Choisir sa formation

Choisir la formation sophrologie qui vous convient

Face à la centaine de formation qui existe en sophrologie, comment faire le bon choix ?

Se former à la sophrologie : 2# Choisir sa formation

C’est décidé, vous souhaitez vous former à la sophrologie. Mais comment vous y repérer dans toutes les propositions de formations ? Avec des dizaines et des dizaines d’offres disparates,  aux programmes et aux coûts parfois très différents, difficile de s’y retrouver !

Omyzen vous donne des éléments de compréhension pour y voir plus clair et faire votre choix. La « bonne » école étant aussi celle qui vous conviendra à votre projet personnel, nous vous conseillons de lire également : « Se former à la sophrologie : 1#Définir son projet professionnel »

Avant tout : attention aux fausses promesses !

Votre recherche sur internet peut mettre en avant des formations qui ne sont pas parmi les meilleures…  Usez de discernement, un site internet très bien fait peut cacher une formation manquant de sérieux.

Méfiez-vous des formations trop courtes (6 mois ou moins). Sophrologue est un métier avec une pratique qui demande à être mise en œuvre et murie, cela demande du temps.

–> Observez la cohérence entre la durée de la formation et la richesse du programme proposé. Si une longue liste de sujets est annoncée pour une durée inférieure à un an, il y a de fortes chances que vous survoliez toutes ces notions. Vous ne pourrez alors pas vraiment les utiliser professionnellement, il vous faudra compléter votre formation pour les approfondir.

Examinez bien l’ancienneté de l’école et l’importance de son réseau d’enseignants. Sachez qu’il existe des anciens étudiants qui reprennent le programme de l’école dont ils sont issus et ouvrent tout seuls une école copiée/collée en gonflant artificiellement leur réseau…

Les différents types de formation

Voici les différentes « formules » que vous pourrez trouver pour vous former à la sophrologie :

Le Diplôme Universitaire

Ce DU ne doit pas être confondu avec un Diplôme d’Etat. Il est proposé par  l’Université de Lille II Droit et Santé et a la même valeur que les diplômes remis par des écoles privées. Il n’existe pas de D.E. de Sophrologie. Les conditions d’accès pour passer le D.U. sont néanmoins un peu plus strictes que pour d’autres  écoles. En effet, le DU est réservé aux personnes travaillant déjà dans le domaine de la santé (médical, paramédical, médecines douces), du sport ou de l’accompagnement de la personne (psychologie, services de sevrages, éducateurs, travailleurs sociaux…). Si le candidat ne vient pas de ces professions là, il lui est demandé de suivre en cycle fondamental en sophro-thérapie et de poser un dossier de candidature.

La Formation continue

Se déroulant en présentiel, généralement le week-end, cette formule est la plus prisée pour toutes les personnes qui sont en reconversion ou qui souhaitent enrichir leur profession. Cela leur permet de se former tout en continuant d’exercer leur activité professionnelle habituelle. S’étalant sur une ou plusieurs années, les formations continues permettent d’intégrer progressivement toutes les notions apprises, en prenant le temps de les mettre en pratique.

Les stages

Certains thérapeutes en sophrologie proposent des stages au sein de leur cabinet à toute personne souhaitant se former. Participer à ces stages peut être bénéfique pour découvrir d’avantage le métier avant de se former ou avoir une approche concrète en complément de sa formation. Ils ne sont en aucun cas suffisants pour prétendre acquérir toutes les compétences nécessaires à l’ouverture de son propre cabinet.

Les formations à distance

De plus en plus d’organismes proposent des offres alléchantes avec des cours envoyés par mail, des classes virtuelles via la webcam, voir un suivi avec un formateur par Skype ou téléphone. Cette option peut paraitre attrayante ou niveau financier et par simplicité d’organisation. Elle peut être tentante quand notre emploi du temps ne nous permet pas du tout de nous libérer pour suivre une formation continue.

Cependant attention aux arnaques, soyez sûrs que les personnes qui vous suivront sont vraiment compétentes et ne veulent pas juste profiter du filon. Et gardez en tête que la sophrologie est avant tout une science humaine, et que les expériences seront certainement plus riches si elles sont vécues en présentielles.

Les formations individuelles :

Quelques formateurs, comme Camille Pecqueur sur Montpellier, proposent des formations privées en individuel. Cette formule permet vraiment de s’adapter à votre demande, notamment si vous avez un projet professionnel très précis.  Le suivi individuel vous offrira la possibilité d’avancer à votre propre rythme, dans la direction qui vous intéresse. Petit bémol : il manquera la richesse des échanges avec différents formateurs et élèves.

Vous voyez maintenant les différentes possibilités de formules de formation qui s’offrent à vous. Voici à présent une liste de critères à examiner pour vous aider à trier les propositions de formations sérieuses ou non.

Sur quels critères de sélection me baser pour choisir mon école ?

L’agrément

Tout d’abord, vérifiez que l’école est bien enregistrée comme organisme de formation professionnelle continue, c’est obligatoire.  De plus, si vous voulez faire une demande de financement, il faut que l’école soit agrée centre de formation.

Le statut juridique

Choisissez de préférence une école qui ne soit pas une association mais qui soit vraiment une entreprise professionnelle avec une activité exclusivement consacrée à la formation en sophrologie. Et optez plutôt pour des écoles affiliées à des organisations professionnelles.

L’ancienneté

Regardez depuis combien de temps cette formation existe. Si elle est en place depuis longtemps, c’est tout de même un gage de solidité et de compétence. De plus, l’école aura su s’améliorer avec le temps. Le contenu des cours, l’organisation risquent d’être mieux « rodés ». Vous éviterez ainsi d’essuyer les plâtres d’une école un peu jeune. S’il y a un bureau d’anciens élèves, n’hésitez pas à les contacter pour échanger avec eux.

La durée de la formation

Encore une fois, attention aux formations éclairs qui risquent de ne pas vous offrir un bagage suffisamment solide pour vous permettre d’exercer.  On recommande un minimum d’apports théoriques de 400h sur 2 ans pour avoir le temps d’approfondir et d’intégrer toutes les notions de base.

Le contexte d’apprentissage

Image d'un cours de sophrologie

Le contexte de formation favorise plus ou moins l’apprentissage.

Dans la mesure du possible, nous conseillons les formations en présentiel. Celles qui ont un centre dédié avec des locaux propres à l’école à privilégier. Les conditions seront plus agréables que d’aller prendre des cours dans une salle de réunion d’un hôtel, mal équipée et parfois inadaptée.

Regardez également le nombre d’élèves inscrits, admis, installés, et la richesse du corpus de formateurs. Votre vision sera plus large si vous bénéficiez de l’enseignement de plusieurs intervenants différents, ayant des spécialisations diverses et des niveaux d’expériences importants que si vous suivez la pensée d’un seul et unique formateur.

Attention toutefois aux écoles admettant un trop grand nombre d’élèves. Vous courez le risque d’être dans des classes surchargées, avec des outils standardisés et des enseignants manquant de disponibilité.

La nature du  programme

Comparez bien les différents programmes pour voir quelles notions sont plus ou moins développées en fonction de vos centres d’intérêt. Veillez aussi à la logique de déroulement du programme et au temps imparti pour l’acquisition de chaque sujet.

L’importance fondamentale de la pratique !

Pour un mode d’accompagnement comme la sophrologie, il est primordial de pouvoir bénéficier de larges temps de pratique. Idéalement, ces moments de mises en situation réguliers et évalués représenteront la moitié du temps de formation. Il est nécessaire que vous puissiez animer vous-même des protocoles assez rapidement en étant observé et évalué par un superviseur. C’est ce qui vous permettra de vous entrainer réellement au travail que vous ferez.

L’idéal est que l’école propose un stage de mise en pratique d’au moins 10 séances : vous animez bénévolement des séances en dehors du lieu de formation. Tout en étant couverts par une convention de stage et évalués par votre superviseur, ces mises en situation professionnelles représentent un vrai tremplin vers votre installation.

Mon conseil : si vous hésitez entre plusieurs école, contactez des responsables pour préciser votre demande et mieux cerner les orientations de l’école.

A lire aussi : Comment choisir votre formation et votre école à travers 5 critères essentiels ?

Liste des écoles préparant au RNCP

Si il n’existe pas de Diplôme d’Etat ni de de diplôme type Master dispensé par les Universités, le Ministère du Travail reconnait néanmoins le titre de sophrologue, à travers son inscription au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Le fait d’avoir obtenu un certificat de sophrologue reconnu par le RNCP représente un avantage certain dans l’installation de son cabinet, d’autant plus si vous souhaitez exercer dans le milieu médical, entrepreneurial ou de l’éducation. Il existe 33 écoles qui préparent à ce titre.

Voici la liste des organismes qui délivrent le Titre  RNCP avec les écoles auxquelles ils sont reliés pour le préparer :

  • Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie (FEPS) : fédère 12 écoles
  • Institut de Formation à la Sophrologie (IFS)
  • Académie de Sophrologie de Paris (ASF) : regroupe 6 écoles
  • Conscientia Sarl – Esophro Formation
  • Ecole des hautes études de sophrologie et bioanalyse (EDHES)
  • Ecole de sophrologie (PACA)
  • EFDS – Borchi Sébastien
  • Poids plume – Ecole française supérieure de sophrologie (EFSS)

Précisons que cet agrément n’est pas valable à vie, il a une date limite au-delà de laquelle il peut être renouvelé, ou pas. Cette liste est donc valide en 2018 mais devra être actualisée chaque année.

Notons également que depuis 2016, ce titre peut également s’obtenir par validation d’expérience, au travers du dispositif VAE.

Syndicats et fédérations

Privilégiez les écoles rattachées à des Syndicats ou à des fédérations. Elles proposent généralement des formation complètes avec un contenu et un enseignement de qualité, des travaux pratiques et l’écriture d’un mémoire.

Voici les organismes auprès desquels vous pouvez vous référer (liste non exhaustive) :

  • F.E.P.S (Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie)
  • SSP syndicat des sophrologues professionnels
  • société Française de Sophrologie
  • UFSEPS : L’Union Française des Sophrologues et des Ecoles Professionnelles de Sophrologie
  • FES : Fédération Européenne de Sophrologie
  • Académie Internationale de Sophrologie Caycédienne
  • C. E. P. S. (Coordination des Ecoles Professionnelles en Sophrologie)

Des écoles suivants les différents branches de la sophrologie

Comme nous l’avons vu dans le dossier Sophrologie, la sophrologie telle qu’elle a été décrite par son fondateur A. Caycedo, a été reprise et transformée par d’autres penseurs et thérapeutes. Jusqu’à aujourd’hui elle continue d’évoluer et d’être enrichie. Cette diversité se retrouve dans les différentes propositions de formation qui existent.

Nous pouvons discerner aujourd’hui 4 grands courants parmi les différentes écoles de sophrologie :

Les caycédiennes pures

Elles sont affiliées à l’Académie Internationale de Sophrologie Caycédienne, l’académie du Pr Alfonso Caycedo. Ces écoles exigent d’aller effectuer des stages en Andorre.

Les écoles d’inspiration caycédienne

On y retrouve les centres de formation du réseau C. E. P. S. (Coordination des Ecoles Professionnelles en Sophrologie), elles sont dans la lignée Alfonso Caycedo, enseignant les bases de la sophrologie dite « caycédienne » mais ne sont pas affiliées à la fédération qu’il préside.

Les écoles de sophrologie non caycédienne

Nous retrouvons dans ces écoles des courants de pensées et des pratiques développées par des collaborateurs de Caycedo dans les années 70, avec une approche s’inspirant de la psychanalyse.

Les écoles de « pseudo sophrologie »

Nous appelons ainsi toutes les formations qui prennent l’étiquette de sophrologie tout en enseignant un peu tout et n’importe quoi, en mélangeant des techniques de relaxation, respiration, visualisation, avec un peu de psychologie, d’hypnose ou encore d’énergétique. Elles sont assez éloignées de la théorie caycedienne de base.

Image d'une demande d'aide à la formation professionnelle

Vous pouvez faire une demande d’aides à la formation professionnelles.

Se faire financer ?

Une école représente un certain coût (comptez autour de 7000€), quand on rajoute les frais de déplacements et éventuellement d’hébergement, cela commence à chiffrer. Cela vaut le coup de regarder si vous avez des droits qui vous permettraient de vous en faire financer au moins une partie.

Le CPF

Depuis le 1er janvier 2015  le DIF  a été remplacé par le CPF (Compte Personnel de Formation). Rapprochez-vous du Fongecif afin d’évaluer vos droits. Si votre compte vous ouvre des droits, sélectionnez une école qui entre dans les clous. Pour que votre dossier soit éligible, il vous faut sélectionner une école inscrite sur le répertoire officiel RNCP (voir liste en amont).

Précisons que certaines écoles  ne sont plus éligibles au DIF depuis que le DIF est devenu le CPF, contactez les bien en amont pour vérifier leur éligibilité.

Même si les formations en thérapies alternatives et médecines douces sont de plus en plus difficiles à se faire financer, cela vaut la peine d’essayer. Vous aurez un dossier à monter dans lequel vous exposerez votre motivation, votre projets, vos démarches. Il se peut que le Fongécif vous demande aussi une étude de marché et un business plan.

Peut-être pouvez-vous également négocier avec votre employeur un congé de formation ?

Le Pôle Emploi

Si vous êtes demandeur d’emploi, voyez avec votre conseiller les possibilités de prise en charge par Pôle Emploi. Un conseil : Lorsque vous ferez votre demande, mettez de côté la notion de développement personnel lié à la sophrologie. Mettez uniquement en avant le fait que vous allez apprendre un nouveau métier.

Les périodes de chômage ou encore de congé parental peuvent être des opportunités pour vous former et vous réorienter professionnellement.

Vous avez maintenant de bons repères pour choisir l’école qui vous conviendra et vous permettra de vous former à la sophrologie. Maintenant, au travail ! Et bonne exploration dans le vaste champ des possibles de l’univers sophrologique… 😉

Consultez aussi :

Se former à la sophrologie #1 : Définir son projet

11 bonnes raisons d’être thérapeute alternatif ou de le devenir

Thérapeute alternatif : les difficultés de la reconversion

Notre dossier Sophrologie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

Un atelier de sophrologie collectif

Dossier Sophrologie

1-Introduction 2-Son fondateur : Alfredo Caycedo 3-Institutionnalisation de la Sophrologie 4-Principes de fonctionnement ...