Accueil / Médecine douce / Témoignage : Amélie Legros, réflexothérapeute en installation

Témoignage : Amélie Legros, réflexothérapeute en installation

Merci de vous présenter en 4 à 5 lignes

Bonjour, je suis Amélie Legros, j’ai 35 ans et maman de deux petites filles de 3 et 5 ans. Je suis née à Séoul mais j’ai grandi dans le Maine-et-Loire, je suis arrivée il y a 10 ans à Nantes pour m’installer avec mon cher et tendre. Je vis à La Chapelle sur Erdre (44) depuis mai 2017.

Parlez-nous de votre activité actuelle de thérapeute alternatif

Je suis réflexothérapeute en formation d’un an hors temps de travail. J’ouvrirai mon cabinet chez moi à partir d’octobre 2018. J’ai déjà aménagé ma pièce professionnelle car je reçois des bénéficiaires lors de consultations libres pour donner matière à mon mémoire de fin d’études.
Je suis également praticienne de bien-être pour mes proches grâce aux outils de soins énergétiques d’Access Consciousness ®.

Comment s’est déroulée votre reconversion ?

J’ai fais 3 ans d’études en Belgique pour devenir éducatrice spécialisée. J’y suis parvenue en étant 2ème de ma promotion et j’en suis plutôt fière car le chemin a été parsemé d’embûches. Je reviens dans les Pays de la Loire et j’exerce 3 ans dans différents endroits avec des publics différents. Les contrats sont précaires. Je rencontre mon cher et tendre, je travaille à Nantes, dans une association pour jeunes femmes en difficultés d’insertion sociale et professionnelle. ça me plaît énormément mais pareil, faute de budget, le poste en CDI convoité ne s’ouvrira pas.
En couple et envie d’avoir des enfants, la précarité ne me rassure pas. Après une petite période de Pôle emploi (qui n’est pas une fin en soi, j’ai bien aimé mettre à profit cette période pour me recentrer), je trouve des emplois dans le secteur de la télévente, vacataire au ministère des affaires étrangères…
Et puis, enfin un CDI dans une entreprise de recouvrement de créance.
J’y reste, ça fait 6 ans.
Je sais bien que depuis mon embauche, ce travail de télérecouvreuse n’est qu’un « job alimentaire » pour servir mes ambitions familiales. Mais je me prends au jeu de l’entreprise qui me félicite d’un excellent travail, je prends part à la vie de l’entreprise en étant élue au CHSCT puis dans la DUP, je demande donc plus de responsabilités. On me dit peut-être et puis fermement non car pas de poste. Je cherche alors à me reconvertir, je trouve la formation de réflexothérapeute après un cheminement vers la sophrologie, le reiki, etc. Je fais mes démarches pour me renseigner sur la formation puis je tente le Fongecif pour le financement. La réponse est positive, j’en suis très fière aussi car plutôt rare pour ce genre de formation (d’ailleurs je ne le crie pas trop fort car ça attise quelques jalousies).
Suite à un malentendu avec une de mes supérieure, on a commencé à me stigmatiser, à m’humilier en me faisant des réflexions douteuses devant d’autres collègues, bref un environnement de travail anxiogène qui s’est traduit par une dévalorisation et une démotivation totale, des troubles anxieux, des problèmes de santé physique, des accusations d’exagérer mes arrêts de travail. Je sombre alors dans l’anxiété dès que je me lève, je pleure et ne peux plus me contrôler. Je suis en arrêt de travail depuis fin septembre après qu’on m’aie refusé ma demande de rupture conventionnelle. Je suis suivie et soutenue par le médecin du travail, mon nouveau médecin traitant et ma nouvelle psy. Je dis nouveau Dr et nouvelle psy car là aussi le chemin n’a pas été simple. Mais je me suis reconstruite grâce à ce projet d’un nouveau métier. Je reprends confiance en moi car les soins de réflexothérapie prodigués ont de très bons résultats et je me sens utile.
J’espère maintenant une déclaration d’inaptitude par le médecin du travail lors de ma visite de reprise début février pour enclencher un licenciement pour inaptitude. Le licenciement peut être perçu comme négatif mais pour ma part ce sera une libération.

Comment vous êtes-vous fait connaître en tant que thérapeute ?

En ce moment, je travaille avec une autre entreprise pour la création d’un nom, d’un logo et d’une identité visuelle pour créer mon site internet. Je commence à faire jouer mon réseau (pas très grand…) pour le bouche à oreille dès à présent car le bouche à oreille donne des consultations de qualités mais c’est très long à se mettre en place.

Les points positifs du métier de thérapeute alternatif selon vous ?

La réflexothérapie est un moyen pour moi de concilier famille, épanouissement professionnel, liberté, connaissances intellectuelles, finesse et technicité. C’est donner aux personnes qui viendront consulter de la douceur pour gérer leur stress, leurs douleurs chroniques ou passagères et de la détente profonde pour se ressourcer.

Les difficultés principales que vous avez rencontrées ?

Dans le cadre de la formation EIR, les cours sont denses, il faut de la persévérance et de l’optimisme. Même si c’est une formation hors temps de travail, il faut pouvoir être sûr de pouvoir se dégager suffisamment de temps pour les apprentissages, les révisions, les consultations.

Vos conseils pour les aspirants thérapeutes ?

Bien se renseigner sur le type de formation, contacter des anciens élèves, mesurer le temps disponible pour la reconversion, se fixer des objectifs journaliers sans trop se mettre la pression.

Partagez avec nous vos projets, vos rêves en rapport avec votre activité ?

 Mon projet est d’exercer à mon domicile et dans un cabinet paramédical. J’ai une opportunité mais je suis aussi ouverte à un partage de cabinet près de chez moi. Je m’intéresse aussi aux opportunités à exercer dans les entreprises dans le cadre de la qualité de vie au travail. Et mon rêve serait d’en vivre avec abondance sans laisser ma famille sur le bas-côté.

Partage, optimisme, liberté : mon tabouret à 3 pieds du moment.

Quelques mots sur Omyzen ?

Je viens juste de connaître Omyzen, ce qui me plaît est d’avoir une sorte de « communauté » qui permet de se sentir moins seul et de pouvoir partager. C’est aussi une source d’informations fiables non négligeables quand on veut se lancer dans l’entreprenariat dans notre secteur. J’aimerai bien voir plus d’annonces de partage de cabinet dans ma région par exemple. Avoir plus de visibilité sur les thérapeutes autour de moi grâce à une carte par exemple ou un annuaire Omyzen.

 Un lien vers votre site ou compte facebook ?

www.facebook.com/amelie.legros.

Merci de m’avoir lue, à bientôt ! 😉

A lire également :

La réflexologie plantaire: un soin de bien-être millénaire

Témoignage : Adeline Secco, réflexologue en Haute Savoie

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

grossesse mal de dos

Comment éviter le mal de dos pendant la grossesse

Comment éviter le mal de dos pendant la grossesse Pendant la grossesse, ...