Accueil / Médecine douce / Réflexion sur un symptôme: l’émétophobie

Réflexion sur un symptôme: l’émétophobie

Dans sa série « Réflexion sur un symptôme », Omyzen partage avec vous des éléments pour découvrir un symptôme spécifique qui peut toucher nos patients. Aujourd’hui : l’émétophobie.

Description

Ce mot vient de la racine grecque Emein, qui évoque l’acte ou intention de vomir. Les émétophobes sont des patients qui ont une phobie de tout ce qui peut rappeler l’acte de vomir :

  • vomir bien sûr
  • avoir des nausées
  • se retrouver confronter à des situations où des personnes pourraient vomir

Quelques éléments déclencheurs ont pu être identifiés :

  • des déclencheurs émotionnels – comme un choc traumatique ou un stress intense
  • le souvenir traumatisant d’une maladie
  • la perte de confiance en soi et ou de perdre le contrôle
  • le souvenir traumatisant d’avoir vu un individu vomir
  • avoir vomi en public

Comportements d’évitement

Les émétophobes évitent progressivement les situations à risque :

  • prendre la voiture à côté de personnes lisant
  • environnements avec des enfants
  • endroits où de l’alcool est consommé
  • des foules

Des cas d’anorexie liée à l’émétophobie ont été identifiés.

Avec le temps les comportements d’évitement prennent de plus en plus de place et deviennent de plus en plus handicapants socialement en tournant à la pathologie obsessionnelle.

Comportements contraphobiques

Comme dans beaucoup de phobies, l’émétophobe multiplie aussi les comportements contraphobiques :

  • les rituels de prévention : se laver les mains pour éviter les maladies susceptibles de le faire vomir, ouvrir les fenêtre même par temps froid etc.
  • les comportements fétichistes et les pensées obsédantes jusqu’à des formes d’hypochondrie
  • Il devient dépendant de personnes ressources censées l’aider à affronter son symptôme.

Occurence

Ce n’est pas une phobie rare. Pour information, Il faut savoir que l’émétophobie est l’une des phobies les plus courantes, répertoriée en troisième position par le National Health Service britannique, derrière la phobie sociale et l’agoraphobie.

Traitement

Les études restent rares sur le symptôme mais les traitements habituels des phobies sont les pistes privilégiées. Pour les thérapies alternatives, l’hypnose est une bonne candidate, la sophrologie, le kinésiologie etc.

Et vous chers Omyziens ? Avez-vous reçu des patients émétophobes ? Comment les avez-vous pris en charge ? Cela a-t-il bien fonctionné ? N’hésitez pas à partager avec la communauté en commentaire sur la page Facebook ces précieux retours d’expérience. Vos succès … et vos non succès ! 😊

Consultez aussi …

Réflexion sur un symtôme « j’ai peur de conduire »

Je n’aime pas mon corps

Parler en public: les 10 commandements pour lutter contre le trac

2 plusieurs commentaires

  1. Thérapeute et émétophobe !
    Je serais ravie de conevrser avec d’autres émetophobes ou thérapeutes ayant réussi à se sortir ce cette phobie tenace avec l’hypnose etc…
    Je n’ai pour l’instant tester que la TCC sans résultat !

  2. Egalement thérapeute … en hypnose et emetophobe ! Je serais également ravie de vos retours et expériences…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

la lombalgie est un mal de dos très fréquent

Lombalgie et ostéopathie

Lombalgie : qu’est-ce que c’est ? Si vous lisez cet article, c’est que vous ...