Accueil / Médecine douce / Lombalgie et ostéopathie

Lombalgie et ostéopathie

la lombalgie est un mal de dos très fréquent

La lombalgie est la première cause d’invalidité des moins de 45 ans.

Lombalgie : qu’est-ce que c’est ?

Si vous lisez cet article, c’est que vous vous posez certainement des questions sur les meilleurs modes de traitement de la lombalgie. Avant d’y arriver, précisons ce que recouvre cette pathologie. Comme son nom l’indique c’est un mal de dos localisé au niveau des lombaires (bas du dos). Elle peut se décliner en plusieurs pathologies, notamment le lumbago, la sciatique ou le tour de rein (au langage courant) et chacune de ces douleurs sont d’origines distinctes. Il y a aussi la lombosciatique qui est une lombalgie couplée à une sciatique.

Si vous souffrez du mal de dos ou si vous en avez souffert, sachez que vous n’êtes pas le seul. La lombalgie est le premier facteur d’invalidité avant l’âge de 45 ans. Les études révèlent que 80% des Français sont ou seront atteints des traumatismes lombaires au moins une fois dans leur vie. Les chiffres sont énormes. C’est pourquoi les gens s’intéressent de plus en plus aux techniques de traitement d’une lombalgie.

Si vous vous attendez à ce que nous dévoilons toutes les astuces de grand-mère qui pullulent sur la toile ainsi que les huiles essentielles dédiées au traitement des maux lombaires, nous ne le ferons pas, même si certaines de ces solutions naturelles ont prouvé leur efficacité. omyzen.com vous présente plutôt l’ostéopathie comme une réponse efficace à vos différents maux de dos. Lisez la suite !

Les différents types de lombalgies

Il existe deux types de lombalgie, la lombalgie commune et la lombalgie symptomatique.

Lombalgie commune

La lombalgie commune est également appelée lombalgie seule. Elle n’est pas causée par une maladie spécifique. C’est simplement le résultat d’une évolution normale, commune à tout individu. Si la lombalgie dans ce cas est dite « commune » cela ne signifie pas qu’elle est bénigne ou sans gravité. Elle peut être douloureuse voire invalidante et même nécessiter une intervention chirurgicale. La lombalgie commune a trois niveaux d’évolution. Elle peut être aigüe, subaigüe ou chronique.

La lombalgie aiguë

L’origine de la lombalgie aigüe est le tour de reins dit lumbago. Ce mal peut survenir suite à un effort physique ou d’un mouvement anodin. La douleur est atroce et brute. Suite à un accident de voiture, il peut avoir un traumatisme au niveau des vertèbres et provoquer une lombalgie aigüe. Les personnes atteintes d’une ostéoporose peuvent aussi en être victime. Elle dure généralement entre 4 et 6 semaines.

La lombalgie subaiguë

On parle de lombalgie subaigüe lorsque les douleurs lombaires vont au-delà de quelques semaines. Ceci peut être la résultante d’un lumbago mal soigné ou d’un traumatisme quelconque. Cette pathologie est plus difficile à soulager contrairement à la lombalgie aigüe, car c’est elle est à mi-chemin entre cette dernière et la lombalgie chronique.

La lombalgie chronique

Lorsque les douleurs durent plus de 3 mois, pensez à la lombalgie chronique. C’est généralement une lombalgie aigüe récidivante ou qui a dégénérée. En cas d’arthrose, de cancer ou de fibromyalgie, le patient peut connaître une lombalgie chronique. La chronicité des douleurs lombaires peut aussi être le résultat d’un traumatisme ou d’un glissement des vertèbres ayant endommagé la structure des muscles et des os. C’est un traumatisme dont les séquelles peuvent durer plusieurs années.

Cas particulier de la lombalgie récurrente

La lombalgie est récurrente lorsqu’on observe un enchaînement de lombalgie aiguë. Ici, la douleur n’est pas chronique et la douleur survient épisodiquement et de façon régulière.

La lombalgie symptomatique

Cet épisode de la lombalgie est directement lié à une ou plusieurs pathologies. Plus de 14 % des cas de lombalgie sont généralement un signe avant-coureur d’une maladie. En effet, les maladies telles que les infections, les tumeurs, les fractures…et les malformations congénitales sont diagnostiquées comme causes de la lombalgie symptomatique. Elle peut aussi être due à une lombalgie commune permanente ou assidue. Il est recommandé de consulter votre médecin en cas de lombalgie symptomatique.

Les causes de la lombalgie

La lombalgie, qu’elle soit commune ou symptomatique, a plusieurs origines. Les causes du mal du dos ont fait l’objet de plusieurs études scientifiques rigoureuses. Elles ont été catégorisées de façon à mieux les appréhender afin d’éclairer l’opinion sur les éléments déclencheurs des douleurs du dos

Les causes mécaniques

la grossesse peut provoquer des lombalgies

Une femme enceinte souffre d’une lombalgie

Les causes mécaniques concernent les malformations de la colonne vertébrale. Elles peuvent avoir de multiples origines : congénitales, arthrose, mauvaise posture qui se prolonge, tensions musculaires, douleurs du nerf sciatique… Ne pas oublier qu’un facteur aggravant de ce type de lombalgie est très souvent la sédentarité, les muscules ne jouant plus leur rôle protecteur ou rectificateur de la posture par exemple.

Les causes liées à un traumatisme

La lombalgie peut aussi provenir d’un choc violent subi par le dos. Ces chocs interviennent à la suite d’un mouvement brutal et/ou violent, d’une fracture d’une ou de plusieurs vertèbres ou du fait de porter des objets extrêmement lourds. On parle alors du fameux lumbago « tour de reins »

Les causes liées aux infections et/ou inflammations

Les infections et/ou troubles inflammatoires constituent l’une des causes de la lombalgie. Il peut s’agir d’inflammations ou d’affections sur les articulaitons, les ligaments, un disque intervertébral, un nerf (suite au virus de la varicelle par exemple) ou des vertèbres.

Les causes liées à certaines pathologies

Certaines pathologie provoquent des douleurs vives qui se répercutent au niveau du dos et causent des douleurs lombaires.

Les causes fonctionnelles

Ces causes concernent un ensemble de facteurs pouvant augmenter les douleurs du dos préexistantes. Il peut s’agir de la période de menstruations, des pathologies psychosomatiques…ou encore de la propagation de la douleur d’un nerf localisé entre les côtes.

Symptômes de la lombalgie

Cette maladie peut affecter tout le monde. Cependant, on note tout de même un taux de prévalence élevé chez les personnes adultes âgées.

Vive douleur au bas du dos

La lombalgie se manifeste pour une douleur vive au bas du dos. Cette douleur peut être vraiment intense et quelquefois paralysante. Le sujet développe alors une peur d’effectuer certains mouvements du fait de cette douleur ce qui peut être pénalisant pour soigner la crise.

Douleur lombaire lors de la marche

Ces douleurs sont pénibles et impactent fortement la mobilité du sujet. La douleur est accompagnée d’une forte pression au bas du dos, du bassin et des hanches. Là encore, elles incitent à une sédentarité qui n’est pas forcément la meilleure stratégie pour soigner ces douleurs.

Douleur sur les fesses et la partie postérieure des jambes

Il s’agit alors en général de sciatique ou lombosciatique.

Le sujet ressent une douleur qui irradie l’arrière des jambes depuis les fesses. La colonne vertébrale est raide et la douleur est accentuée par certains mouvements involontaires comme par exemple les éternuements.

Ces douleurs sont liées à une compression à la base du nerf sciatique.

Douleur nocturne intense à la partie inférieure du dos

La raideur articulaire et musculaire peut s’installer du fait des douleurs lombaires nocturnes. Ici, le sujet ressent de vives douleurs inconfortables pendant le sommeil. Il a comme l’impression d’avoir le dos concassé au réveil. Ces douleurs doivent alerter et peuvent avoir des origines mécaniques ou pathologiques. Le patient doit essayer de dormir avec la colonne la plus alignée possible sur ses différents axes. L’emploi d’oreiller est souvent nécessaire. Il convient aussi d’éviter les matelas trop mous qui ne permettent pas cet alignement.

Combien de temps peut durer une lombalgie ?

La lombalgie est une affection du bas du dos dont la durée peut varier avec le temps, allant de plusieurs jours à des mois entiers.

Ainsi la durée d’une lombalgie commune peut varier de 7 semaines à 4 mois et même plus si rien n’est fait. En cas d’une lombalgie mal traitée, la durée peut excéder trois ou quatre mois et devenir une lombalgie chronique. Concernant la lombalgie symptomatique, la durée dépend naturellement de la pathologie en cause. C’est la raison pour laquelle il est impératif de consulter un médecin qui fera un diagnostic afin de trouver la source du problème.

L’ostéopathie pour soigner la lombalgie

l'ostéopathie est un excellent traitement de la lombalgie

L’ostéopathie traite les lombalgies aiguës en 3 ou 4 séances

L’ostéopathie constitue l’un des traitements naturels et efficaces contre le mal de dos. Cette médecine manuelle permet de rétablir l’équilibre corporel afin d’optimiser le fonctionnement de l’organisme. Le travail de l’ostéopathe consiste à palper ou à toucher l’ensemble du corps afin d’identifier toutes les zones de tension. La prise en charge de l’ostéopathe permet d’établir un diagnostic et de soulager le patient dans les meilleures conditions.

Attention : l’ostéopathe ne traite que des lombalgies communes, c’est à dire celles qui ne sont pas dues à une pathologie clinique. Les séances seront fixées à l’issue du diagnostic et généralement deux ou trois séances suffisent à traiter la lombalgie aiguë. La première séance débute par un contrôle de certaines parties du corps (jambes, dos, cervicales, abdomen…et bassin). Ceci permet au spécialiste d’identifier des zones de tension pour une action ciblée et pertinente.

Les séances qui suivent la première permette de soulager les zones de tension et la douleur associée tout en rétablissement les éventuelles causes mécaniques. Le tarif de la séance peut également être un facteur fluctuant avec un tarif moyen qui oscille entre 40 et 150 € pour les grandes villes et les praticiens les plus recherchés.

Contre-indications de l’ostéopathie

Le recours à l’ostéopathie comme voie de solution à la lombalgie ne se fait pas sans contre-indication. De manière générale les contre-indications à l’ostéopathie qui s’appliquent également dans le cadre des lombalgies sont

  • Rhumatologie et anomalie congénitales
  • Traumatologie et maladie infectieuse
  • Troubles circulatoires et tumeurs
  • L’ostéopathe ne peut déterminer les tissus du patient peu importe la raison
  • Squelette fragile (ostéoporose, vieillards, ostéopénie)
  • Squelette non mature (pré-pubères, ostéochondroses)
  • Trouble psychique, hernie, migraine ; fièvre et infection

Informez votre ostéopathe ou votre médecin traitant si vous êtes concernés par l’une de ces contre-indications.

Prise en charge par les mutuelles

L’ostéopathie est légalisée dans certains pays et elle est prise en charge en France par les mutuelles de santé. Les patients peuvent donc bénéficier du remboursement de leurs séances dans la limite de certains plafonds fixés par les mutuelles, décomptés en coût annuel total ou en nombre de séances prises en charge.

Prévention

La lombalgie est une affection qui a un taux de prévalence très élevée. Or, il existe des moyens de prévention simples et pratiques pour ne pas tomber dans le cercle vicieux de la douleur. Pour éviter ce trouble musculo-squelettique, vous devez :

Améliorer votre hygiène de vie

L’une des meilleures façons de la prévenir est d’adopter une hygiène de vie irréprochable. Vous devez opter pour une alimentation saine, équilibrée et moins grasse.

Un homme souffre d'une lombalgie liée à sa posture et sa sédentarité

Pour prévenir la lombalgie, attention à sa posture et à la sédentarité

La pratique régulière d’une activité physique est un excellent moyen de prévention : bougez ! Vous devez en particulier travailler la souplesse de l’ensemble des muscles potentiellement concernés en les étirant régulièrement et protéger votre dos en musclant l’ensemble de la ceinture abdominale (le fameux « gainage »)

Il convient également d’éviter l’alcool, la cigarette ou toute forme de drogue. Par ailleurs sachez que le stress, la dépression et la solitude peuvent être des facteurs qui augmentent la prévalence de la lombalgie : j’en ai « plein le dos » !

Améliorer votre posture au travail

La posture est un aspect important dans la prévention des douleurs du dos. Préférez des chaises qui maintiendront votre bas du dos bien droit et gardez si possible les épaules relâchées (bonne hauteur de chaise par rapport à votre bureau) et les pieds bien à plat sur le sol.

Porter ou pas les semelles orthopédiques ?

Dans certains cas, les semelles orthopédiques peuvent permettre de rectifier la posture et la dynamique de la marche et ainsi soulager les tensions exercées sur le dos. Elles doivent être renouvelées tous les ans si nécessaire. Leur port est dans la plupart des cas temporaire, la posture (adaptation de la musculature) ayant été rectifiée par les semelles.

A lire également :

Contre le mal de dos, bouger plus ne suffit pas

Mal de dos, pensez à l’ostéopathie

L’ostéopathie, une thérapie efficace contre la sciatique

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

grossesse mal de dos

Comment éviter le mal de dos pendant la grossesse

Comment éviter le mal de dos pendant la grossesse Pendant la grossesse, ...