Accueil / Médecine chinoise / Se former à la Médecine Chinoise

Se former à la Médecine Chinoise

Acupuncture moxibustion

En France, l’acupuncture et la moxibustion ne sont pas enseignées dans toutes les écoles de médecine chinoise.

Vous avez à cœur d’accompagner les personnes vers un mieux-être en les aidant à retrouver et garder l’équilibre ? Vous aimez comprendre la complexité des chemins qui mènent à la maladie ou à la guérison ? Vous rêvez d’une médecine naturelle qui a fait ses preuves depuis plus de 2500 ans ? Alors la médecine traditionnelle chinoise est probablement faite pour vous.

Seulement, il s’agit d’un art relativement complexe, issu d’une autre culture , qui ne s’apprivoisera pas en une semaine. Pour acquérir des compétences solides, il vous faudra compter 5 ans d’études en formation continue. Il est donc capital de choisir une école de qualité qui convienne à vos attentes. Or il existe une centaine d’organismes proposant des formations en Médecine Chinoise.

Alors, comment s’y retrouver ? Sur quels critères baser ses recherches ? Omyzen vous explique quels sont les différentes branches et vous donne tous les conseils pour orienter votre recherche. Nous avons répertorié et comparé pour vous toutes les écoles agréées ainsi que leurs spécificités. De quoi vous aider à trouver LA formation qui vous convient.

L’enseignement en Chine

La médecine chinoise est une science empirique qui s’est développés et affinée au fur et à mesure des 20 derniers siècles. Traditionnellement, elle se transmettait sur un mode familial, de maître à élèves, de père en fils. Les connaissances se diffusaient de manière populaire, de bouche à oreilles.

En Chine, elle a commencé à se structurer et à s’institutionnaliser dans les années 1950. Aujourd’hui elle a intégré le cadre universitaire officiel au même titre que les études de médecine conventionnelle : 5 ans de licence puis trois ans de master et trois ans de doctorat, soit 11 ans d’études au total.

Et dans les universités françaises ?

En France, un Diplôme universitaire (D.U.) de médecine traditionnelle chinoise est accessible aux médecins et professionnels ayant suivi deux cycles d’étude en Médecine. Des Diplômes Interuniversitaires (DIU) sont également possibles pour les professionnels de santé. Il existe par exemple un DIU « acupuncture obstétricale » et un autre « acupuncture médicale ».

Les professionnels de santé trouveront dans les formations le moyen d’enrichir leur approche du soin et leurs outils thérapeutiques. De plus en plus de médecins français viennent en stage dans les hôpitaux chinois pour apprendre les logiques de prévention, la pharmacopée et les techniques de l’acupuncture. Ils utilisent ces outils comme compléments thérapeutiques pour aider les patients à supporter les traitements occidentaux.

Pour les non médecins, la discipline n’étant pas encore reconnue au niveau institutionnel, l’apprentissage de la médecine chinoise se fait dans des écoles privées, en stages ou formations continue.

Une formation longue et exigeante

L’apprentissage de cet art du soin qu’est la médecine chinoise est très riche et dense, puisqu’il comprend :

  • la compréhension de la théorie fondamentale basée sut l’étude des textes anciens (la notion de Qi, les lois qui régissent le Yin et le Yang, l’etiopathologie…)
  • l’intégration des plantes, de la cartographie énergétique, des différents syndromes et symptômes, …
  • la capacité à réaliser un bilan énergétique (pouls chinois, palpation, élaboration d’un principe de traitement…)
  • la pratique des différentes méthodes de soin (acupuncture, massage Tuina, moxibustion…)
  • Nous pouvons ajouter aussi : le travail intérieur et personnel du thérapeute, nécessaire à l’entretien d’un certain état intérieur  intégrant des qualités d’observation, de calme, d’empathie, de libre circulation, d’équilibre énergétique…

En France, il faut compter cinq ans en formation continue (environ un week-end par mois) pour avoir un niveau d’aptitude minimum permettant de s’installer en tant que Thérapeute en Médecine Chinoise. Au bout de 4 ans, vous pouvez être inscrit au Registre de Praticiens en ETC (R.E.F.S). La 5eme année  vous choisirez des spécialisations et préparerez le Diplôme National de Médecine Traditionnelle Chinoise (D.N.M.T.C.)

Suite à ces cinq ans de base, vous pouvez encore suivre des modules de spécialisations : tuina pédiatrique, traitements gynécologiques, accompagnements en oncologie, cranio-puncture, etc… Cependant, tout professionnel vous le dira : on n’a jamais fini d’apprendre la MTC. Donc sachez qu’au-delà des 5 années d’école qui vous fourniront la base, vous êtes partis pour une formation à vie ! Mais n’est-ce pas le cas de tout thérapeute … ?

Les études de médecine chinoise demandent beaucoup de travail personnel.

Sachez donc que vous vous engagez dans une formation longue et pointue. Emmagasiner les connaissances demande d’avoir une bonne mémoire, du temps et de l’organisation pour étudier. On retrouve dans cette apprentissage, la persévérance et la rigueur, autant que la souplesse et le ressenti, qui caractérisent les disciplines orientales.

Si vous n’êtes pas médecin, il vous faudra acquérir des connaissances générales en anatomie, etiopathologie et physiologie.

Certaines écoles proposent un cursus parallèle en sciences médicales pour se mettre au niveau. Elles proposent aussi de passer le brevet de secourisme pour connaitre les gestes à effectuer en cas d’urgence.

Une discipline aux multiples facettes : voulez-vous être acupuncteur, masseur, conseiller en phytothérapie ou les trois ?

En Médecine Chinoise, on distingue habituellement trois grands modes de traitement :

  • Acupuncture/moxibustion
  • Tuina/Médecine Manuelle
  • Pharmacopée/Diététique

On y ajoute parfois un quatrième :

  • Le Qi Gong thérapeutique

(Pour plus de détails, lire : La médecine chinoise, un art millénaire au service des défis d’aujourd’hui.)

La plupart des écoles enseignent ces trois grands types de traitements. Dans la pratique, ils sont le plus souvent utilisés ensemble car ils sont très complémentaires. Par exemple, si une personne souffre d’arthrose, le thérapeute peut :

  1. Travailler localement la zone douloureuse en massant et en mobilisant pour tonifier ou disperser le Qi à l’endroit précis qui pose problème.
  2. Puncturer et/ou moxer (chauffer avec un cigare d’armoise) des points qui abaissent la douleur et nourrissent les articulations, ce qui permet de travailler plus au niveau énergétique.
  3. Conseiller une pharmacopée et un type d’alimentation spécifique pour agir en traitement de fond sur les organes concernés.
  4. Montrer des mouvements de Qi Gong que la personne pratiquera chez elle au quotidien pour entretenir le travail de la libre circulation de l’énergie.

Un thérapeute en médecine chinoise est normalement capable d’utiliser tous ces modes opératoires. Certains praticiens connaissent les 3 techniques mais décident de se spécialiser dans l’une ou l’autre des branches. D’autres en pratiquent une seule exclusivement, le massage tuina par exemple, qui présente l’avantage de pouvoir être exercé en toute légalité.

Certaines écoles enseignent toutes les modes de traitement à part égale, d’autres font totalement l’impasse sur la pharmacopée ou le Qi Gong, d’autres enseignent exclusivement le tuina et le shiatsu. Si un médecin chinois connait toutes les pratiques, en fonction de vos affinités, vous pouvez choisir une école qui privilégiera telle ou telle branche. Notons que des écoles se sont également ouvertes sur d’autres approches comme l’homéopathie ou la micothérapie, qui ne sont pas forcément au programme en Chine.

Un bagage théorique solide

Cependant, quelle que soit la technique choisie, elle risquera d’être inopérante, voir nocive si la théorie fondamentale commune à toutes ces disciplines n’est pas acquise. En effet, pour savoir utiliser tel ou tel mode de traitement de manière appropriée il faut avant toute chose être capable de réaliser un bon bilan énergétique. Pour cela, les bases théoriques sont nécessaires. Elles permettent d’interpréter les signes et symptômes qui auront été  recueillis lors des « 4 temps de l’examen ». (Voir : La médecine chinoise : pour quoi ? Comment ?

Bien sûr il est possible de se contenter de faire du symptomatique et de piquer des grands points correspondants à des troubles précis. Pendant l’accouchement nous voyons par exemple des sages-femmes piquer sans bilan uniquement les points spécifiques de dégagement de la douleur. C’est déjà une excellente chose. Mais ce type de pratique se définit plus par de « l’aiguillothérapie » que par de la médecine chinoise.

Si vous voulez vraiment être sinothérapeute, il est donc nécessaire de choisir une formation qui donnera une place importante à la théorie. Les fondamentaux comprennent les théories du Yin et du Yang et des 5 éléments, l’étude des différents méridiens,  du fonctionnement des organes/entrailles, du Qi, du sang et des liquides organiques, l’étiologie ou encore les différentes méthodes de diagnostic.

Pratiquer, pratiquer, pratiquer…

ventouses

La technique des ventouses est un des modes de traitement nécessitant un entrainement préalable.

La médecine chinoise reste une médecine empirique et très pratique. C’est en prenant un maximum de pouls qu’on apprend à écouter un pouls, c’est en puncturant qu’on devient acupuncteur. D’où la nécessité de choisir une formation qui accorde aussi beaucoup de place à la pratique.

Privilégiez donc les écoles qui réservent un temps pour la mise en pratique à chaque session de formation. Il y a des écoles où on apprend à puncturer à partir de la troisième année seulement. Ce serait dommage de réaliser après deux ans d’études qu’on n’aime pas du tout manipuler des aiguilles…

Veillez à ce que les locaux de votre école soient équipés en tables de massage permettant la pratique. Dans le programme des cours, regardez bien le nombre d’heures accordé à la mise en application des cours théoriques.

Se confronter à la réalité clinique

S’il est nécessaire de s’entrainer à piquer, tuiner ou prendre le pouls, entre étudiants au sein de l’école, l’étape d’après – qui n’est pas des moindres- est de se frotter à la pratique avec des vrais patients, chercher à identifier et traiter une pathologie réelle.  Le système d’internat tel qu’il se fait en médecine conventionnelle n’étant pas encore possible, les écoles proposent différents moyens de faire de la pratique clinique pour pallier à ce manque :

  • Dispensaires: des personnes de l’extérieur peuvent venir recevoir un soin gratuitement. Ce sont les étudiants qui posent les questions, palpent et observent puis proposent un bilan et un principe de traitement, sous le regard du professeur.  (Ce système existe à  l’I.M.T.C. d’Avignon, en plus du cursus de formation.)
  • Stage en cabinet encadré par l’école : chaque élève effectue un stage en cabinet chez un praticien choisi par l’école (École ZHONG LI et Institut Shao Yin)
  • Stages de pratique clinique: l’école organise plusieurs jours pendant lesquels des patients viendront se faire traiter par les professeurs et élèves. (Institut MING MEN)
  • Etudes de cas supervisées : l’étudiant suit et traite un patient sur plusieurs séances sous la supervision d’un professeur. (Ecole de Médecine Chinoise et Qi Gong).

Quand on travaille sur de l’humain, chaque séance est unique,  de fait, rien ne remplace les études de cas réels. Ces temps sont très riches et précieux, c’est pourquoi nous vous recommandons de choisir une école qui offre la possibilité de se confronter au terrain. Mais pour cela, vous pouvez aussi…

Revenir à la source : les stages en Chine

stage hôpital chinois

Faire un stage dans un hôpital chinois, une expérience hautement formatrice.

Au cours de leurs cursus, la plupart des écoles proposent de passer une ou plusieurs semaines dans une institution chinoise afin de compléter sa formation. Ces séjours ne sont pas obligatoires mais offrent une belle opportunité d’apprendre directement auprès de professeurs chinois et de se confronter à la réalité du terrain telle qu’elle se manifeste dans un hôpital d’une grande ville asiatique aujourd’hui. L’emploi du temps se répartit entre des cours avec des professeurs locaux et de la pratique en milieu clinique. Une expérience extrêmement formatrice pour qui souhaite ouvrir un cabinet par la suite !

Notons qu’il est possible de participer à des stages en dehors des écoles, quand on a tout de même un certain niveau de connaissance et de pratique. Si votre école n’organise pas de voyage, il vous sera donc quand même possible d’en faire un. (Voir notamment avec l’Institut Shao Yang.)

Mais si en Asie, il vous sera possible de pratiquer la médecine chinoise en milieu hospitalier sans être un professionnel de santé, cette situation n’est pas encore possible en France. Quel statut pour le sinothérapeute  français actuellement ?

Est-ce légal d’exercer l’acupuncture en France quand on n’est pas médecin ?

Sur ce sujet, les textes sont clairs, un arrêt de la cour de cassation datant de décembre 2014, stipule :

« La pratique habituelle de l’acupuncture, tant à raison du diagnostic qu’elle implique que des moyens de traitement des maladies qu’elle utilise et des réactions organiques qu’elle est susceptible d’entrainer, constitue un acte médical dont l’exercice est réservé aux docteurs en médecine. »

Il est donc possible de se faire attaquer pour pratique illégale de la médecine quand on pratique l’acupuncture sans être médecin. L’activité reste cependant largement tolérée.  Dans les faits une poignée de thérapeutes sont assignés au tribunal chaque année et ils gagnent généralement leurs procès. L’adhésion à un Syndicat comme le S.I.A.T.T.E.C (Syndicat indépendant des Acupuncteurs Traditionnels et des Thérapeutes en Énergétique Chinoise) permet de bénéficier d’une assurance de responsabilité civile (la même que celle des médecins allopathes) et une couverture juridique qui vous assistera en cas de problème.

Sachez que les soucis ne viennent généralement pas des patients. Lors des plaintes, c’est pratiquement tout le temps le Conseil de l’Ordre des Médecin qui attaque. Les termes qui portent à préjudices sont ceux de :

  • Médecine : le praticien doit bien stipuler qu’il n’est pas médecin, il est thérapeute en Médecine Traditionnelle Chinoise.
  • Diagnostic : le diagnostic médical est réservé aux seuls médecins, le thérapeute en MTC réalise un « bilan énergétique ».

Le dernier point d’attaque est le fait que l’acupuncture est assimilée à un acte médical car il y a intrusion d’un corps étranger (l’aiguille) dans le corps humain. Sur ce point, nous sommes en mesure de nous demander : dans ce cas, quid du tatoueur ou du bijoutier qui fait des piercings à longueur de journée ? Et ce, sans bilan énergétique…  Et en s’attaquant aux sinothérapeutes, que fait-on de l’obligation légale du libre choix thérapeutique du patient ? Autant de débats qui animent les salles d’audience…

Choisir une école agrée, qui prépare au DNMTC

En réponse à cette problématique, les acteurs du milieu de la MTC se mobilisent depuis plusieurs années pour que la pratique soit reconnue au niveau institutionnel. Cette reconnaissance est donc actuellement en cours. Des représentants des fédérations ont déposé une proposition de cadre réglementaire au Sénat. Un certain nombre de critères, comme le nombre d’heures de formation que doit proposer une école, sont établis dans un document appelé RPMQ (Recommandations du Manuel de Qualité).

A terme il est possible que le diplôme d’acupuncture soit reconnu au même titre que celui d’osthéopathe. Il sera donc nécessaire d’avoir fait une école agrée afin d’exercer légalement. Dans cette perspective, si vous voulez vous former, nous vous conseillons de choisir une école qui suive les Recommandations du Manuel de Qualité.

Dans le cadre de cette règlementation, l’obtention du Diplôme National de Médecine Traditionnelle Chinoise (DNMTC) sera sans doute obligatoire. En attendant, l’obtention de ce diplôme est  un gage de compétence pour les patients ou professionnels devant lesquels vous vous présenterez. Il est donc fortement recommandé de choisir une école qui prépare au DNMTC. Ce critère garantie également le sérieux de la formation.

Il existe plus d’une centaine d’écoles privées de formation en France. Seule une trentaine d’écoles respectent le RPMQ et préparent l’obtention du DNMTC. Elles sont affiliées à deux fédérations qui travaillent ensemble pour l’institutionnalisation de la profession : L’UFPMTC et la FNMTC.

En plus des recommandations précédentes, nous vous conseillons donc de choisir une école agrée par l’une de ces deux fédérations.

Listes des écoles agrées

Voici une classification des toute les écoles agrées ainsi que leurs lieux d’implantation et les spécificités (non exhaustives) propres à chacune. Toutes ces formations sont majoritairement établies sur 5 ans et comprennent les enseignements de théorie fondamentale ainsi que des cours en Herbologie, Acupuncture et Tuina.

En conformité avec le manuel qualité de la profession, le programme cumule un total général de 1200 heures minimum. Les enseignants sont des professionnels diplômés bénéficiant de plusieurs années d’expériences. Pour les tarifs, comptez autour de 2000€ l’année pour toutes les écoles.

Ecoles agrées par la F.N.M.T.C. (Fédération Nationale de Médecine Traditionnelle Chinoise) :

Collège d’Energétique Traditionnelle Chinoise S.F.E.R.E.

 

Aix

 

5 ans

Possibilité de stages en Chine

Chaque année un professeur chinois vient enseigner sa spécialité

Ecole LINGParisPratique clinique dès la 3ème année

Stages en Chine à l’hôpital de MTC de ZHENG ZHOU

Cours de Qi Gong (en plus de trois piliers)

2 cursus : que MTC (pour professionnels médicaux) et complément en sciences fondamentales pour les non médecins (possibilité e-learning)

Ecole Ming TaoCastanet Tolosan (31)Classes à effectifs limités

50% de pratique

Beaucoup de Tuina, peu de pharmacopée

Acunpuncture qu’en deuxième année

Energétique Nord Bretagne – E.N.B.RennesEn plus du tronçon commun, formation aux « Sciences biologiques et médicales » pour les non médecins

Axé sur les « énergies du nouveau monde » et la quête de sens des symptômes, le travail personnel sur le rôle du thérapeute.

Nombre d’élèves limité à 20 participants

1 enseignant principal

Faculté Libre d’Energétique Chinoise – F.L.E.T.C.Lille, Lyon, Toulouse2 ans de théorie fondamentale (possibilité par correspondance) puis 2ème cycle avec acu. ou Tuina/pharmacopée.

Système de clinicat.

Stage en Asie

Ecole reconnue par la WFAS, World Federation of Acupuncture-Moxibustion Societies

journées de cours précédées d’une séance de 15 minutes de Qi Gong thérapeutique

Institut de Formation aux Thérapies Energétiques et Manuelles – I.F.T.E.M.Bordeaux Poitiers Bayonne

Agen

Ouvertures vers le Shiatsu ainsi que l’Aroma-Energétique, rencontre avec la phytothérapie occidentale et l’herbologie chinoise.

partenariat avec l’Académie de Médecine traditionnelle de Chine à Pékin

Beaucoup de massothérapie et de réflexologie auriculaire et plantaire

60% de pratique

Credo : « Vivre l’énergie est indispensable »

Accompagnement de parcours professionnel

Engagé dans une action humanitaire

Université Méditerranéennes de Arts Orientaux de Santé – UMAOSGrasse (06)Stages hospitaliers à Pékin

Herbologie, Qi Gong, tuina orthopédique

Cours en sciences bio-médicales (possibilité e-learning)

Formation PSC1 (Prévention et secours civique) obligatoire

Institut Shao YangLyonPropose en parallèle une formation au Qi Gong sur deux ans et des stages à thèmes

Coopération avec une Université chinoise (stages)

Ecoles agrée par l’UFPMTC (Union Française des Professionnels de Médecine Traditionnelle Chinoise.):

Académie de Médecine Chinoise de TouraineToursInclue le Qi Gong

Propose modules en Feng Shui, Yang Sheng, réflexologie, massage Anmo

Stages Chine

Académie Wang de Médecine Traditionnelle Chinoise (AWMTC)ToulouseComprend un programme de thérapie manuelle

dirigée par le Dr Wang De Feng, docteur en MTC diplômée de la faculté de Médecine Traditionnelle Chinoise de BeiJing, spécialisée dans le traitement de la douleur

Ecole « Les Arts du Tao »Nice1er cycle de 2 ans Bien-Etre et Santé puis 2ème cycle de 3 ans approfondissement et préparation au DNMTC

effectif limité : de 16 à 28 participants

50% de pratique, précédée d’une heure de Qi Gong

Ecole de Médecine Chinoise et Qi Gong (E.M.C.Q.G.)Grenoble

Annecy

Clermont Ferrand

partenaire du centre hospitalier d’Alès qui propose des consultations et soins de groupe en qi gong thérapeutique

accent sur le travail d’ouverture du corps et du cœur

Propose une formation en Qi Gong médical et en méditation thérapeutique

jumelée  avec Universités chinoises

Suivi clinique de patients sous tutorat

Ecole de SAN CAILyonenseignement approfondi sur la langue et les pouls

en plus : cours d’anatomie, physiologie, sciences biologiques et médicales.

met l’accent sur la pratique

1ère année : Tuina et Gi Gong / 2ème : digipuncture et acupuncture

École Lü MenAix en ProvenceContenu pédagogique adapté à l’esprit occidental et destiné à permettre une pratique quotidienne en cabinet

Former des thérapeutes « de terrain », consciencieux et compétents

propose un module avancé en chronoacupuncture

30 stagiaires maximum

Se consacre exclusivement à la formation avancée des thérapeutes ayant déjà effectué un cursus de base.

Ecole Shentao LyonUniquement Tuina et acupression (pas d’acupuncture)

Propose stages d’été en Chi Nei Tsang, Aromathérapie et Pédiatrie chinoise & Femme enceinte

Cours de psychologie taoïste

Insiste sur la prévention et le mieux-être

École ZHONG LIAix en provenceStages en cabinet dès la 3ème année

Associe présentiel et e-learning

3 premières années focalisées acu et tuina

cours pratiques intensifs

pas de numéro d’agrément pour la prise en charge

cours vendredi, samedi, dimanche

Institut de Médecine Traditionnelle Chinoise (IMTC)Paris, Avignon, Toulouse et BordeauxProgramme, approuvé et certifié par les organismes officiels Chinois (partenariat universitaire)

Stage Hôpitaux de M.T.C. de Shanghai

Ecole agrée par le SIATTEC (Syndicat Indépendant des Acupuncteurs Traditionnels et des Thérapeutes en Énergétique Chinoise)

De nombreux modules de spécialisations accessibles en cours d’année (diététique amincissement, lifto-puncture…)

Cours de médecine manuelle (proche de l’osthéopathie)

Formation solide en pharmacopée

Initiation au geste de puncture dès la  1ère année

Institut Lorrain de MTC (ILMTC)NancyAcupression Tui Na/ An Mo, moxibustion, diététique, herbologie (pas d’acupuncture)

cours de Qi Gong, Tai Ji Quan, Kung Fu

Les journées d’enseignement démarrent par un cours de Qi Gong

Institut MING MENNancyBasé sur le programme officiel de l’académie de MTC de Pékin

4 modules indépendants (Tuina, Pharma, Acu, Qi Gong)

cursus d’approfondissement en Sciences Biologiques et Médicales (S.B.M.) et formation secourisme

propose un stage de pratique clinique

Institut Shao YinLyon

Nantes

Et à partir de 2019 Limoges

Spécialisations en oncologie (sein, utérus, poumon), cardiologie, tuina pédiatrique et suivi de grossesse

Dispose d’un cabinet de consultations

stage de 80 heures chez un praticien de Médecine Traditionnelle Chinoise installé choisi par l’école

Institut XIN’ANMontpellierÉcole de Qi Gong Médical et tuina exclusivement

Waiqi Liaofa (Traitement par Qi externe).

Voici donc les préconisations que nous vous donnons si vous souhaitez vous former au métier de thérapeute en Médecine Traditionnelle Chinoise : choisir une école agrée, offrant un contenu de théorie fondamental rigoureux, beaucoup de pratique et si possible des opportunités d’expérience clinique en France ou en Asie.

Bien sûr en plus de ces listes d’écoles, vous trouverez d’autres organismes de formation qui pourront vous correspondre parfaitement. Avant de vous inscrire, vérifiez tout de même que l’organisme que vous avez choisi rempli les 5 critères essentiels d’ une formation ou d’une école.

Enfin, l’école qui sera bonne pour vous et celle qui sera adaptée à votre projet professionnel à vous. Aussi commencez toujours par Définir votre projet de thérapeute.

Et encore pleins d’autres conseils pour Choisir sa formation, ici.

Bonne recherche !

2 plusieurs commentaires

  1. Bonjour,
    Devenir praticienne en médecine chinoise serait pour moi la concrétisation d’une vocation tardivement avouée. J’ai 44 ans et malgré tout, cela ne me quitte pas, comme un appel. Seulement voilà : je vis seule avec mes enfants et suis obligée de travailler comme tout le monde pour subvenir à nos besoins. Donc existe-t-il une école, une solution pour me former , d’apprendre, dans le but d’exercer légalement ?
    Merci pour vos réponses car mes recherches n’ont jamais réellement abouties…
    Et merci encore pour ce magnifique dossier, précis et sérieux
    Sophie

    • Anne-Sylvie Gaucher

      Bonjour Sophie
      Le fait d’exercer légalement ou pas ne dépend pas des écoles mais de la législation en vigueur. Aujourd’hui la pratique de l’acupuncture est légalement réservée aux seuls médecins. Mais vous ne prenez aucun risque en pratiquant uniquement du tuina ou de l’acupression, qui sont des branches à part entière de la médecine chinoise. Nous avons listé les écoles agrées, qui sont susceptibles d’être reconnues dans la perspective d’une légalisation prochaine de la profession. Ces écoles sont toutes accessibles en formation continue, donc accessibles à des salariés. La majorité des élèves sont des personnes d’une quarantaine d’années, qui travaillent comme vous et viennent en cours un week-end par mois. Si vous ressentez cet appel, alors n’hésitez plus, informez-vous d’avantage sur la médecine chinoise, choisissez une école et inscrivez-vous pour la rentrée prochaine !
      Bonne continuation 😉

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

La médecine chinoise, un art millénaire au service des défis d’aujourd’hui

Si elle est classée en France dans le domaine des « médecines complémentaires », ...