Accueil / Gestion / Le guide du thérapeute alternatif #3: 7 critères essentiels pour choisir l’emplacement de son cabinet

Le guide du thérapeute alternatif #3: 7 critères essentiels pour choisir l’emplacement de son cabinet

Pour un thérapeute la question du choix du lieu d’implantation de son cabinet est essentielle.

Dans ce troisième article des guides du thérapeute alternatif nous listons pour vous 7 critères essentiels à prendre en compte pour vous aider dans votre réflexion et faire le choix le plus judicieux.

N’hésitez pas aussi à consulter notre article complémentaire sur le choix d’exercer en cabinet ou à domicile.

1) Un cabinet de thérapie n’est pas une boulangerie !

J’ai déjà vu des thérapeutes rentrer dans des comportements presque hystériques (affiches arrachées etc) par peur de la concurrence d’un confrère qui s’installait dans le même bâtiment !

Un cabinet de thérapie n’est pas un commerce de proximité. Les patients ne viennent pas majoritairement parce qu’ils habitent dans le même pâté de maison.

Alors ne soyez pas obsédés par la proximité d’autres thérapeutes et par le « passage » devant votre cabinet qui peut par ailleurs présenter d’autres inconvénients comme décrit ci-dessous.

2) Attention à la patientelle de « curiosité »

Vous espérez faire du chiffre rapidement ? Vous repérez un cabinet dans l’hyper centre, dans une rue très prisée de votre ville. Si votre thérapie est « à la mode », vous aurez certainement une patientelle de curieux qui auront remarqué votre plaque et auront décidé de vivre une « expérience » en s’offrant une séance d’hypnose pour arrêter de fumer avant d’aller faire leur shopping !

Très bien … mais cette patientelle que j’appelle de « curiosité » n’est pas forcément la plus épanouissante en tant que thérapeute:

  • Les patients sont moins engagés dans le processus de changement : votre taux d’échec risque d’être plus élevé. Attention à ne pas laisser s’installer un manque de confiance en vous démotivant surtout si vous démarrez !
  • Les patients viennent vous voir pour des problèmes plus « anecdotiques » : certains thérapeutes n’aiment pas toujours ça. Même si il est toujours possible d’utiliser ces problèmes comme point de départ à une prise en charge plus profonde et impactante
  • Vous serez confronté à un fort taux de roulement au niveau de votre patientelle: Cela peut être énergivore et peu épanouissant

Mon conseil :

N’hésitez pas à refuser certains patients ou à les rediriger vers d’autres collègues plus à l’aise avec certaines demandes.

Lisez aussi notre article sur les astuces pour éviter les annulation de RDV afin de générer de l’engagement chez les patients. Cela vous évitera bien des déconvenues et aidera ces patients de « curiosité » à approfondir leur objectif thérapeutique.

3) La Ville est souvent synonyme d’une concurrence plus importante

Plus de clients potentiels oui … mais plus de concurrence aussi !

Une amie thérapeute me racontait que dans sa ville quand elle s’est installée elle était la seule ostéo et qu’ils sont maintenant 4 ! Ce qui rend mécaniquement les fins de mois plus difficiles …

Personnellement, j’adore la concurrence. Elle nous pousse à nous améliorer, elle permet de sensibiliser les patients à notre discipline, nous permet d’avoir plein de collègues à rencontrer localement  … Mais concurrence ne doit pas rimer avec saturation totale du marché !

Mon conseil :

Prenez quelques minutes pour aller sur les pages jaunes et regarder combien de thérapeutes sont référencés dans votre discipline et dans votre ville voir dans votre quartier si la ville est grande.

Idéalement, disons qu’il ne faut pas dépasser un ratio d’un thérapeute dans votre discipline pour 3000 habitants si vous exercez l’une des disciplines « principales » (sophrologie, Hypnose, Naturopathie, Réflexologie, ostéopathie).

Au-delà cela peut vite devenir très compliqué. Ce chiffre ne vaut pas évangile mais c’est un seuil au-delà duquel vous devez vous poser des questions.

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire pour en faire profiter toute la communauté.

4) Le « coup de cœur » ne doit pas être votre unique critère de décision

Les thérapeutes alternatifs sont souvent des personnes très sensibles, qui ont une intuition forte …

Ce sont de très belles qualités mais attention à ne pas choisir votre cabinet uniquement par « coup de cœur » ou intuition.

Encore une fois: un cabinet est aussi une entreprise qui doit être viable pour vous permettre d’exercer longtemps votre passion et faire profiter à vos patients de vos compétences.

Mon conseil :

Utilisez l’intelligence collective. Demandez leur avis à plusieurs personnes proches. Ces membres de votre « cerveau collectif » vous aident à sortir d’une vision trop « auto centrée » et vous font remarquer des détails qui vous échappent.

5) Favoriser la qualité de l’environnement

Si vous en avez la possibilité optez pour un environnement de qualité. Il peut s’agir de la qualité du quartier ou de la nature alentour pour une installation à la campagne par exemple.

Les patients préfèrent se rendre dans des endroits où ils se sentent bien et en sécurité. Aller chez son thérapeute alternatif est une expérience « à part entière », un voyage initiatique pour le patient dont chaque détail compte.

D’autre part vous aurez régulièrement des moments creux pendant lesquels vous pourrez profiter de la qualité de cet environnement pour aller vous promener ou faire quelques courses.

Mon conseil :

Si vous trouvez un cabinet et que vous ne connaissez pas bien la ville ou le quartier où il est situé, n’hésitez pas à interroger d’autres thérapeutes en exercice ou même des commerçants sur ce sujet : depuis combien de temps sont-ils installés ici ? Comment le quartier ou la ville a-t-elle évolué ou est-elle en train d’évoluer ? Sont-ils satisfaits ?

Posez des questions très ouvertes en leur expliquant que vous envisagez une installation, demandez-leur conseil et écoutez-les attentivement !

6) Développer une patientelle de qualité

A la campagne vous mettrez sans doute plus de temps à constituer une clientèle. Mais ce délai sera compensé par la qualité de la relation que vous pourrez développer avec vos patients.

Plus de continuité dans le suivi, un accompagnement à travers différentes phases de leur vie etc.

Vous croiserez les patients au marché le week-end, vous recevrez leurs enfants, ils vous offriront des légumes de leur jardin … et certains deviendront peut être des ami(e)s !

Ce type de relation ne convient pas à tous les thérapeutes (et à toutes les thérapies !) mais peut être très agréable à vivre et très satisfaisant en fonction de votre caractère.

Mon conseil

Vous devez idéalement « ressembler » à votre patientelle. Si vous possédez une forte sensibilité rurale, installez-vous à la campagne ! Les patients doivent pouvoir créer une relation thérapeutique forte avec leur thérapeute. Avoir en face d’eux un thérapeute « qui leur ressemble » et qui possède les mêmes codes peut y contribuer.

7) Le choix de l’accessibilité

Que vous soyez en ville ou à la campagne, c’est un des critères essentiels. L’accessibilité concerne aussi bien :

  • Une distance réduite depuis votre domicile : les horaires des séances sont parfois compliqués, vous aurez certains jours des plannings « à trous » . Si vous devez en plus jongler avec une vie de famille, autant ne pas trop vous éloigner de votre domicile.
  • La disponibilité d’éventuels transports à proximité : surtout en ville pour éviter par exemple aux patients de devoir affronter les bouchons synonymes de retard, de désorganisation de votre planning et de stress.
  • La qualité du réseau routier desservant votre cabinet : à la campagne, vos patients viendront souvent des alentours et même parfois de loin. Il est donc indispensable que le réseau routier soit de qualité.
  • La simplicité de votre adresse : pour ne pas passer à chaque fois 5 minutes au téléphone avec chaque nouveau client et recevoir des clients stressés par le trajet !
  • La possibilité de se garer : rien n’est plus pénible que de devoir tourner 10 minutes pour trouver une place. Ce simple facteur peut pousser un patient à ne jamais (re)venir.
  • L’accès pour personnes à mobilité réduite : aucune compromission sur ce sujet n’est possible pour des thérapeutes !

En résumé

Les critères possibles de choix sont illimités et les exceptions nombreuses : je ne vous ai livré que des pistes pour mener votre propre réflexion.

J’ai une fois entendu parler d’un thérapeute qui a ouvert en même temps 3 cabinets dans des endroits très différents … pour se focaliser après quelques mois sur celui qui lui convenait le mieux !

Cette stratégie a un coût mais peut être gagnante : certains critères de choix échappent parfois totalement à l’analyse et ne peuvent être découverts que par l’expérience !

Bonne chance à vous et n’hésitez pas à partager votre expérience avec la communauté dans les commentaires.

Consultez aussi …

Les 2 précédant guides du thérapeute:

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Lisez aussi

Témoignage de Marie Semerdjian : coach holistique

Merci de vous présenter en 4 à 5 lignes Je m’appelle Marie, ...